Le jeu et la règle ! – Retour sur la 5ème édition

Conversation, apprentissage, ironie, pouvoir, identités, fiction… Pas de sociétés sans règle du jeu !

Anthropologues, historiens, sociologues, primatologues, philosophes, linguistes, musicologues, spécialistes d’études théâtrales, cinématographiques et littéraires, de psychologie et de neurosciences cognitives ont échangé avec des chorégraphes, des auteurs des metteurs en scènes, des comédiens et le public du Festival.
Etre en société nécessite de « Jouer le jeu », dans les interactions, dans leurs dimensions verbales et non verbales. Conversation, jeu d’enfant, diplomatie et rapports de pouvoir, puissance des dieux et liberté, identités et genres, fiction et représentations…. les règles et les normes sont mises en jeu dans la société comme sur la scène.

RETOUR EN VIDÉOS SUR LA 5ème ÉDITION

Jeu, geste et langage

Les travaux dans les domaines de la primatologie, des neurosciences, de la psychologie cognitive permettent d’explorer le rôle du geste dans l’origine du langage humain, les dimensions verbales et non verbales, mais aussi émotionnelles et contextuelles dans les jeux de relations et dans les interactions. L’étude comparée des primates non-humains et des humains contribue à la compréhension des spécificités du langage et de la communication humaine.

Avec la participation de : Adrien Meguerditchian, chercheur CNRS (Primatalogie & Psychologie Comparée), Laboratoire de Psychologie Cognitive, Université Aix-Marseille ; Elisabetta Visalberghi, primatologue, chercheure associée, Unit of Cognitive Primatology and Primate Institute of Cognitive Sciences and Technologies, National Research Council (Rome) ; Guillaume Dumas, chargé de recherche à l’Institut Pasteur, membre associé du Centre de Systèmes Complexes & Sciences du Cerveau (Florida Atlantic University) ; Sonja Kotz, professeure de psychologie, University of Manchester ; Sasha Waltz, chorégraphe et Jochen Sandig, manager et dramaturge de Sasha Waltz & Guests

Jouer le jeu : société, conversation, émotion…

Pour l’enfant, le jeu permet l’acquisition de l’attention et la régulation des émotions, dans la Grèce antique, il reproduit l’ordre de la cité. Le jeu est aussi dans la conversation quand les règles sont redéfinies dans la spontanéité de l’instant entre deux interlocuteurs ; il est aussi sur les plateaux entre présence des corps, conventions, imaginaires et attentes des spectateurs. Psychologie du développement, sociologie, histoire ancienne, linguistique, études littéraires et cinématographiques confrontent leurs approches de « comment jouer le jeu ! » à l’expérience de la danse et du théâtre.

Avec la participation de : Emanuel Gat, chorégraphe ; Edouard Gentaz, professeur de psychologie du développement, Université de Genève, directeur de recherche CNRS ; Véronique Dasen, professeure d’archéologie classique à l’Université de Fribourg ; Didier Galas, comédien et metteur en scène ; Alain Badiou, philosophe et auteur de Ahmed revient ; Philippe Desan, professeur de littérature et histoire culturelle, Université de Chicago ; Jacques Moeschler, professeur ordinaire, Département de linguistique, Université de Genève ; Pascale Piolino, professeure, membre Senior Institut Universitaire de France, Université Paris Descartes Sorbonne Paris Cité ; Tiphaine Karsenti, maître de conférences en études théâtrales, Université Paris Nanterre

Jeux d’équilibre, dieux, pouvoir et sacrifice

Le polythéisme dans la Grèce antique, la représentation politique au Moyen âge, la diplomatie au XVIIIe, le cannibalisme dans les sociétés traditionnelles indiennes ou brésiliennes, la colonisation permettent de décliner les équilibres entre puissance des dieux et liberté des hommes, entre rébellion et soumission, entre ordre et chaos.

Avec la participation de : Richard Drayton, histoire impériale, professeur, King’s College London ; Rebekah Ahrendt, histoire de la musique, professeure associée département des médias et d’études de la culture, Université d’Utrecht ; Vinciane Pirenne-Delforge, professeure au Collège de France sur la chaire « Religion, histoire et société dans le monde grecque antique » ; Mondher Kilani, professeur honoraire d’anthropologie culturelle et sociale, Université de Lausanne ; Thomas Jolly, metteur en scène ; Patrick Boucheron, historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle »

Suivre la règle ? Normes, transgressions, arrangements

Entres normes et règles, transgressions et normalité… questionner le genre, les identités, la filiation, ou encore la folie implique de dépasser la simplicité des oppositions et des contraires. La folie peut nourrir l’engagement artistique, l’invention de normes permettre d’échapper aux stigmates et jouer le jeu d’inventer de nouvelles règles dans les rapports de genre. L’observation des phénomènes sociaux, la philosophie, les études des textes, l’histoire se complètent pour appréhender les transformations du jeu de ces oppositions.

Avec la participation de : François Chaignaud, chorégraphe ; Nino Laisné, artiste ; Sébastien Chauvin, sociologue, professeur associé, Université de Lausanne, Institut des sciences sociales, Centre en études de genre ; Catriona Seth, titulaire de la Chaire Maréchal Foch de littérature française, Université d’Oxford ; Aude Fauvel, historienne, maitre d’enseignement et de recherche, Institut des humanités en médecine (Centre hospitalier universitaire vaudois), Université de Lausanne ; Geneviève Fraisse, philosophe, directrice de recherche émérite au CNRS