Accueil

Le désordre des sentiments

UNE SEMAINE D’ART EN AVIGNON

Suite aux déclarations du Président de la République du 28 octobre 2020, les conditions ne sont plus aujourd’hui réunies pour que continue La Semaine d’art en Avignon comme prévue initialement. Nous regrettons profondément cette situation et remercions très chaleureusement les intervenants, les équipes et les spectateurs.

Depuis 2014, l’ANR et le Festival d’Avignon organisent les Rencontres Recherche et Création. En réunissant des auteurs, comédiens, metteurs en scène, et chorégraphes programmés au Festival d’Avignon et des chercheurs de différentes disciplines, ces Rencontres contribuent à mettre en résonnance la pensée des œuvres et les travaux de recherche les plus récents. C’est un nouvel espace de partage des connaissances créé avec les publics.

Les arts, la fiction, le spectacle vivant ne cessent de nourrir notre expérience du monde et notre réflexion, et la démarche scientifique, par l’analyse, l’observation et l’expérimentation, ne cesse de repousser les frontières des connaissances. Plus que jamais la culture comme la recherche doivent engager leurs forces de description du monde, de réflexion et d’invention.

La culture et la création renvoient à des questions scientifiques fondamentales comme la communication humaine et l’origine du langage, le fonctionnement de l’esprit et le rôle des émotions, les cultures du monde, les transformations des formes artistiques et de leur fonction sociale. Autant de domaines d’excellence qui sont largement explorés dans les projets financés par l’ANR depuis sa création, et via les Programmes d’Investissements d’Avenir.

À l’occasion de la Semaine d’art en Avignon, l’Agence nationale de la recherche et le Festival d‘Avignon poursuivent leur collaboration pour, malgré tout, penser ensemble.

Le désordre des sentiments

Les sentiments ne renvoient pas seulement à l’expérience individuelle, ils sont marqués par le contexte social et la culture. L’ambiguïté de l’amour d’Orphée pour Eurydice, les dilemmes amoureux sans fin des héroïnes et des héros de Racine, l’amour contrarié par les différences de classes sociales de Julie et de Saint Preux dans la Nouvelle Héloïse… la littérature, le théâtre et les mythes permettent de dessiner les transformations historiques des sentiments, mais aussi leur permanence. Les stéréotypes de genre influent jusqu’à nos performances cognitives. L’étude de données massives sur internet et les grandes enquêtes mettent en évidence les transformations contemporaines des rencontres amoureuses. La confrontation entre l’histoire des sensibilités, la psychologie cognitive, la sociologie et la création éclairent autrement le désordre de nos sentiments.

Avec : Yngvild Aspeli, metteuse en scène ; Jean Bellorini, metteur en scène ;
Marie Bergstrom, chargée de recherche, sociologue, INED; Gwenael Morin, metteur en scène ;
Isabelle Régner, professeure, psychologie cognitive, Aix Marseille Université ;
Clotilde Thouret, professeure de littérature comparée, Université de Lorraine ;
Mélanie Traversier, maitre de conférence, histoire moderne, Université de Lille, membre de l’Institut Universitaire de France ;
Georges Vigarello, historien, EHESS ;
Sylvain Venayre, professeur, histoire contemporaine, Université Grenoble-Alpes

Programme détaillé


L’ouvrage « Traversées des mondes » en libre téléchargement

Sous la direction de Catherine Courtet, Françoise Lavocat, Mireille Besson, Alain Viala
Préface d’Olivier Py
CNRS Éditions 2020

Fuyant les rives de Troie, Ulysse découvre des îles inconnues ; après son errance, Énée fonde une nouvelle cité. De la préhistoire à la Renaissance et à l’époque contemporaine, le voyage et l’aventure construisent l’expérience de l’autre et donnent la mesure de la diversité des représentations du monde. Et si les cultures humaines étaient nées de ce désir d’ailleurs ? Pour mieux déchiffrer les transformations qui traversent notre temps et l’actualité trop pressante, les textes réunis dans cet ouvrage proposent de multiples détours. Ils invitent à une traversée des mondes, des espaces, des temps et des imaginaires. Ce dialogue entre la création artistique et la recherche scientifique œuvre à la connaissance des intelligences culturelles. Comment les sociétés inventent et s’inventent ? Comment passer de la violence à la justice, s’accorder sur le bien commun, accueillir l’étranger et faire récit du passé pour imaginer un avenir commun ?

Avec les contributions de Anne Lehoërff, CY Cergy Paris université ; Roland Auzet, metteur en scène ; Laurent Gaudé, écrivain et dramaturge ; Grégoire Mallard, Institut de hautes études internationales et du développement de Genève ; Edhem Eldem, Collège de France, Université de Boğaziçi ; Paulin Ismard, Aix Marseille Université ; Jean-Pierre Vincent, metteur en scène ; Blandine Savetier, metteuse en scène ; Waddah Saab, dramaturge ; Sylvain Venayre, Université Grenoble-Alpes ; Alain Ehrenberg, CNRS ; Vincent Debaene, Université de Genève ; Anne Piejus, CNRS ; Alexandra Badea, metteuse en scène ; Frederick Cooper, New York University ; Giovanna Leone, Université La Sapienza Rome ; Alessandro Monsutti, Institut de hautes études internationales et du développement de Genève ; Delphine Diaz, Université de Reims Champagne-Ardenne ; Josip Kešić, Université d’Amsterdam ; Jan Willem Duyvendak, Université d’Amsterdam ; Maelle Poésy, metteuse en scène ; Kevin Keiss, auteur ; Pascale Gisquet-Verrier, CNRS ; Souleymane Bachir Diagne, Columbia University ; Thibaut Maus de Rolley, University College London ; Laurence Giavarini, Université de Bourgogne.

Sommaire complet

Téléchargement de l’ouvrage